Rencontre avec Julien Lachaussée

Encore un photographe à vous présenter ? Et oui, j’adore la photo et c’est tout de même le medium parfait pour mettre en valeur les tatouages et ceux qui les portent.

Julien Lachaussée est un photographe parisien. Il aime les gens et ceux-ci le lui rendent bien. Habitué à photographier des artistes, il sait créer un échange et une relation de confiance entre eux pour que ceux-ci se livrent sans détour. Son travail a d’ailleurs fait l’objet d’un livre « Alive – Tattoo portraits« , sorti en 2016.

Il a réussi à « déringardisé » la chanteuse Alizée avec son shooting destroy dans une chambre d’hotel, à dépeindre l’univers sombre de Daniel Darc, et à lier des relations privilégiées avec de nombreux artistes.

Cela fait de nombreuses années que je suis le travail de Julien, puis j’ai eu l’occasion de le rencontrer lors du lancement de notre magazine Jeter l’encre, chez YOSO, pour lequel il a accepté d’exposer. Je l’ai trouvé avenant, très sympa et sans prétention.

J’aime le noir et blanc brut, sans concession, de ses photos. Ces « gros durs » qui ne posent pas et qui regardent droit devant, directement l’objectif. Il y a peu de mise en scène, leur présence naturelle ou leur aura suffit. Ce sont parfois des gueules marquées par la vie, loin des images trop lisses de la mode qui prône le jeunisme et le healthy à tout va. Et c’est ce qui me plaît dans ses photographies, la franchise qui s’en dégage.

Bonjour Julien, peux-tu te présenter ?

Julien Lachaussée, j’habite à Paris dans le 19ème, là où j’ai grandit. J’ai 41 ans et je suis photographe.

La photographie est avant tout ma grande passion, et c’est devenu mon travail.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

J’adore faire des reportages et des portraits. Rencontrer des gens, échanger, découvrir des univers. Une belle photo, c’est un bel échange. C’est pas la technique. C’est la magie entre toi et la personne, comment tu ressens son univers, ses valeurs. Souvent je photographie des gens qui m’ont touché. Je marche vraiment aux coups de cœur.

Je fais des photos de personnes. Ses tatouages racontent quelque chose de sa vie. Les tatouages uniquement esthétiques, ça ne me parle pas. Le tatouage est considéré comme un art. Peu importe si les tatouages sont beaux ou pas, ce n’est pas une démarche d’esthétisme, cela peut être magnifique dans ce qu’il raconte. Je ne cherche pas des gens qui se mettent en avant. Les rockstars, ça leur arrive aussi de se livrer et de raconter des choses personnelles sur leurs tatouages. C’est l’humain avant tout qui m’intéresse.

Tu évolues dans le milieu de la musique, est-ce de rencontrer ces artistes qui t’a amené à photographier des tatoués ?

C’est arrivé par la musique et le skate. Je fais du skate depuis tout petit donc c’est souvent un univers rock ou hip-hop. Il y a toujours eu un look, un côté rock’n roll avec des tattoos, un état d’esprit. Les tattoos c’est l’identité de la personne, de ses idées, de ses valeurs. Je vois le côté fun, le corps peut devenir un super endroit pour mettre ses idées et son parcours.

C’est arrivé par hasard. Mon pote Daru Manu m’a fait mon premier tattoo. C’est le premier qui m’a amené dans l’univers du tatouage, puis j’ai rencontré des gens, certains sont devenus des amis. J’aime bien trouver des gens un peu cachés, pas encore trouvés par d’autres. C’est intéressant de photographier des gens qui ont une belle personnalité.

Tu fais beaucoup de noir et blanc, c’est ce qui met le plus en valeur les tatouages selon toi ?

Je bosse seulement à la pellicule, à l’argentique. Le choix de la couleur ou du noir et blanc se fait au feeling, comment je ressens la personne, comment j’ai envie de la montrer. Le noir et blanc est cool pour les gueules. L’œil est focalisé sur le portrait.

L’argentique a un côté magique, on ne contrôle pas la chimie. Dans un monde où tous essayent de tout contrôler, on ne se laisse plus de surprise. C’est intéressant de laisser de la magie.

Quelle est ta propre relation au tatouage ?

J’aime l’art, la créativité. Un sublime tatouage, je trouve ça magnifique mais je suis plus intéressé par celui qui a une vie de fou. Écrire une histoire sur son corps, j’adore. J’aime pas du tout ce côté mode à avoir plein de tattoos pour avoir un look.

Je n’ai pas beaucoup de tatouages, je le fais avec des gens que j’adore, sans le prévoir. C’est un moment partagé, qui ne mentira pas, même si dans 10 ans on est fâchés. Je suis plus intéressé par la relation avec le tatoueur, j’attends d’avoir le feeling, si ça doit se faire, ça se fera. C’est pas ma personnalité d’avoir beaucoup de tatouages, j’aime le côté tattoo de skateur, des pièces partout, on the road, un peu le bordel mais c’est cool. J’adore le fait de collectionner. On montrera ça à nos petits-enfants quand on aura 60 ans.

Quels sont tes projets ?

J’ai trois nouveaux projets de bouquins. Je n’ai pas de date de sortie, l’un deux sortira en 2018.

Je prépare un livre depuis des années sur les portraits de rockstars, je bosse dessus depuis 7 ans. J’ai fait plus de 200 portraits. C’est comme un bébé, je veux qu’il soit parfait, le plus abouti possible. Je contrôle tout de A à Z parce que je veux que tout soit beau. Mon premier livre m’a pris 6 ans, j’ai plus d’expérience maintenant.

Un autre livre sera en rapport avec le tattoo mais je garde la surprise, ce sera super fun. L’autre, on en parlera le temps venu, ce sera le plus personnel que j’ai fait.

La photo c’est un mode de vie, je ne le vois pas comme un travail. Parfois j’en fait tous les jours.

Retrouvez-moi aussi sur Facebook et Instagram !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s