Derrière le dermographe d’Alice Dugas

Aujourd’hui, c’est Alice Dugas qui nous dévoile qui se cache derrière son dermographe.

Quel métier rêvais-tu de faire lorsque tu étais enfant ?

Je ne rêvais d’aucun métier, pour quoi faire? On m’avait toujours dit que si ce n’était pas pénible et contraignant, ce n’était pas un travail… Je voulais juste être heureuse.

Quel est ton premier souvenir de tatouage ?

Assez tard, quand j’ai décidé à 17 ans, plutôt que d’avoir un métier pénible et ennuyeux, de partir sur la route avec un garçon qui rêvait de devenir tatoueur (Thomas Volondat, Tattoo Station). Je n’avais jamais songer au tattoo avant.
J’ai été son cobaye et ensuite on a rencontré CY Wilson puis Dodie. Ce fût mes premières rencontres dans le monde du tattoo .
J’ai évolué longtemps dans ce milieu, 10 ans sans tatouer moi même. J’ai beaucoup observé, préparé les postes, stérilisé le matos. J’étais effrayée de marquer les gens à vie.

Qu’est ce qui t’inspire le plus dans la vie ?

Tout ce qui m’entoure. Je suis assez curieuse et plutôt observatrice, je suis une solitaire et passe de longs moments à me promener avec Guy, mon chien.
J’aime la nature, les formes, les couleurs, les textures, les odeurs qui changent selon les heures de la journée. Les plantes me fascinent, mais aussi la ville, l’architecture.

Et bien-sûr les gens ! Ils sont de toutes les couleurs, de toutes les formes. J’aime ce qui se dégage de leur voix, leur gestuelle, l’interaction que l’on a les uns avec les autres, que ce soit pour apprendre ou transmettre, ou juste se croiser. J’aime me confronter au monde .

Sinon je passe aussi beaucoup de temps le nez dans mes bouquins : livres de botanique, d’histoire, imagiers, d’anatomie, de poésie, animalier… Je ne regarde pas de films et vais très rarement au cinéma.
J’essaie de rester émerveillée par la moindre chose, ne pas être blasée, commencer chaque jour comme une nouvelle aventure.

Quelles sont tes influences musicales, cinématographiques, littéraires, picturales ou autres, en un mot, artistiques ?

Musicalement j’aime ce qui vous bouleverse. Seule chez moi je vais écouter de la musique classique, en live je vais préférer du grind, du breakcore. Mais j’écoute aussi du hip-hop, du rock  du jazz, j’aime découvrir les artistes en live. Mon conjoint est musicien et il me fait découvrir le math rock, avec ses mélodies qui vous racontent des histoires et, du coup vous procurent beaucoup d’émotions, plus douces et évolutives que ce que j’ai l’habitude d’écouter .

Graphiquement, je ne me sens pas tatoueuse. J’aime le dessin en général et la peinture, le graff, la gravure, la carte à gratter, la sérigraphie. Les artistes dont j’ai toujours un livre à porter d’oeil sont : E. Shiele, A. Dürer, Léonard de Vinci, R. Topor, G. Doré (gravure), Rémi Ladoré (gravure), Banksy (street art) , Roa (street art), Erakut (street art), Stéphane Levallois (BD), Tony Sandoval (BD),Thomas Ott (carte à gratter), Gwen Tomawak , Les frères Guedins, Tanxxx, Stéphan Blanquet , R. Crumb.

Je lis aussi énormément. Certains univers où rien que le style d’écriture m’inspire sur des sujets, des traitements ou simplement sur ce que j’ai envie de faire ressentir à travers le dessin. J’aime C. Bukowski, Nabokov, Kundera, Toole, Ravalec, Sartre, B. Vian, Kafka, Dostoievski, J.Fanthe, Selby, Céline, B. Undall, C. Palaniuk, V. Hugo, H. Rimbaud…

 

Peux-tu me parler de tes propres tatouages ? Que représentent-ils ? Quelle est leur histoire ? Quels artistes t’ont tatouée et pourquoi ?

Mes premiers tattoos étaient donc les essais de mon compagnon de l’époque. Ensuite ce fût toujours au gré des rencontres et des coups de cœur . Je ne suis pas du tout dans la signification, j’aime me faire orner, c’est une démarche esthétique pour moi. Le tatouage m’a beaucoup aidée à mieux m’aimer physiquement.

J’ai été tatouée par Lionel Out of step, CY Wilson, Thomas Boulard, Dodie, Otchinka, Guet, Jeff Palumbo, Sacha Made with love, Fleur intestinale, Coraline, Jean-Luc Navette, Fab ing, Arcan, Falukorv. Ce sont des gens avec qui je me suis sentie bien et dont j’aime l’univers.

As-tu d’autres projets en tête ?

Je n’ai rien en tête mais suis toujours prête !

Le tatouage se démocratise, les regards changent, comment va évoluer le tatouage selon toi ?

Le tatouage est mieux reconnu avec tout ce que cela entraîne de bien et de mal. Je n’ai aucune critique là-dessus, je trouve surtout que j’ai beaucoup de chance d’en vivre .
C’est plutôt magique, comme quoi on m’a dit beaucoup de bêtises quand j’étais enfant.

Une actu à partager ?

Encore plus de voyages pour tatouer mais aussi pour découvrir de nouveaux lieux, des nouveaux gens, odeurs et sensations…
Peut-être aussi des collaborations dessins et/ou tattoos, des expos aussi… Et puis dessiner, j’en ai besoin.

Un petit dessin pour le blog, ses lecteurs et ses lectrices ?

Où la trouver ?

Contact : aliceandcy@gmail.com

Facebook / Instagram

 

Retrouvez-moi aussi sur Facebook et Instagram !

Publicités

2 réflexions sur “Derrière le dermographe d’Alice Dugas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s