Derrière le dermographe de GueT Deep

Aujourd’hui, le sympathique et doué GueT Deep a accepté de répondre à mes questions.

Quel métier rêvais-tu de faire lorsque tu étais enfant ?

Et bien aussi loin que remonte ma mémoire, je n’ai pas souvenir d’avoir eu envie d’exercer un métier. J’ai toujours détesté l’école, je souffrais de phobie scolaire… doublée d’une bonne dose de rêverie. Mais une chose est sûre, j’ai toujours baigné dans le milieu artistique, aussi bien musical que graphique. Sûrement un besoin d’exprimer l’inexprimable.

Quel est ton premier souvenir de tatouage ?

Quand je partais en vacances avec mes parents, ils nous achetaient souvent des magazines pour faire passer le temps et j’adorais Harley Davidson magazine. Un peu pour les motos, mais surtout pour les tattoos qu’on pouvait entrevoir sur les photos lors de leurs rassemblements. Puis au lycée, un pote à moi s’était fait tatoué un petit tribal sur le pec, ça m’a fasciné. Voir pour la première fois un tatouage tout frais, en vrai !

Qu’est ce qui t’inspire le plus dans la vie ?

La nature, la végétation, le milieu sous marin, l’architecture… Je passe souvent beaucoup de temps à contempler les paysages lors de mes voyages ou dès que j’en ai l’occasion.

Quelles sont tes influences musicales, cinématographiques, littéraires, picturales ou autres, en un mot, artistiques ?

J’écoute de la musique électronique depuis que j’ai l’âge de 9/10 ans. Cette musique fait partie intégrante de ma vie de tous les jours, elle coule dans mes veines à chaque instant. Mais j’écoute aussi énormément de « Rare Groove » , du Dub, du hip hop old school. Je suis toujours à la recherche d’artistes que je ne connais pas.
Au cinéma, globalement j’aime les films de science fiction et les comédies, histoire de mettre mon cerveau sur OFF !
Pour ce qui est des livres, je ne lis absolument jamais ! J’ai donc uniquement des livres d’art et de photos, beaucoup de livres sur les graffeurs comme 123klan, Mist, Daim, la calligraphie, la photo botanique, mais également des livres sur l’art des pays que j’ai visités.

Peux-tu me parler de tes propres tatouages ? Que représentent-ils ? Quelle est leur histoire ?

Mon premier tatouage était un bio-organique, en gros je voulais un tatouage et je ne savais pas quoi me faire tatouer… Puis je me suis fait faire un démon d’inspiration asiatique sur le mollet. Pourquoi ? Je me pose encore la question, je devais sûrement avoir envie de me faire tatouer.

Après j’ai fait une pause tattoo, ce qui m’a permis d’ouvrir les yeux sur le tatouage graphique, du coup j’ai un personnage de Yann Black sur le mollet. J’ai une carpe Koï revisitée à l’intérieur du bras droit, et le reste de mes deux bras sont recouverts par des mouvements de peinture, puissants et abstraits, ce qui me correspond vraiment au final. Sur tout le flan gauche, j’ai un monstre pieuvre qui mange des vinyls et crache des pixels tout en écoutant son Ghetto Blaster, c’est mon clin d’œil à la musique qui fait partie de ma vie. Sur le pied, j’ai un mandala floral, juste une envie. Sur la cuisse et le genou gauche un tattoo marquisien fait lors d’un voyage en Polynésie, et enfin sous l’aisselle, un cloporte, j’aime ce dessin qui représente très bien cette période étrange de ma vie au moment où je l’ai fait.

Quels artistes t’ont tatoué et pourquoi ?

Les premiers ont été réalisés par Yann de Buzz Tattoo, c’est le premier salon auquel je me suis adressé, et j’ai bien fait. Ensuite je suis passé entre les mains de Yann Black car son art me fascine, puis Guy le Tattooer dans sa période animaux plein de textures.
Mon voyage en Polynésie m’aura permis de rencontrer Purotu, l’un des tatoueurs à l’origine du renouveau du tatouage polynésien, qui lui ne pratique que le tatouage des Iles Marquises, à base de gros aplats noirs. Sur mon pied, il y a le trait naïf de Matik, j’adore son univers !
Le tatouage sur mon flan a été fait par Köfi, je suis un très grand fan de son travail issu du graffiti. Mes deux bras sont ornés par la puissance de l’art de Leon Lam, un shaman du tatouage abstrait. J’ai un profond respect pour son art qui vient de très très loin. Et le petit dernier vient de ma pote Sola, parce que j’adore ces flashs persos !

As-tu d’autres projets en tête ?

Je n’ai pas de projet en tête, je laisse faire les rencontres. Mais le prochain sera fait par Apro Lee. Un Blackworker qui fait du traditionnel coréen de toute beauté.

Le tatouage se démocratise, les regards changent, comment va évoluer le tatouage selon toi ?

Alors là, je ne sais pas du tout comment ça va évoluer, mise à part le fait que nous avons de plus en plus de boulot au niveau des covers de tattoo qui finalement ne plaisent plus…

Une actu à partager ?

Je viens d’intégrer l’équipe d’Empreinte à Lyon, donc n’hésitez pas à passer me voir là-bas !

Un petit dessin pour le blog, ses lecteurs et ses lectrices ?

C’est un dessin que j’ai fait lors d’un voyage en Indonésie, j’aime la puissance qu’il dégage.

14393297_10153953977262897_2135724348_o

 

Où le trouver ?

Empreinte
3 rue lanterne
69001 Lyon
futurballistik@hotmail.com
Facebook & Tumblr

 

Retrouvez-moi aussi sur Facebook et Instagram !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Une réflexion sur “Derrière le dermographe de GueT Deep

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s