Derrière le dermographe d’Ophélie Taki

Aujourd’hui, c’est Ophélie Taki qui répond à mes questions !

J’aime tellement ce qu’elle fait, ce côté enfantin, impertinent, noir et plein d’humour ! J’espère sincèrement pouvoir passer sous ses aiguilles un jour.

Quel métier rêvais-tu de faire lorsque tu étais enfant ?

Quand j’étais petite je voulais être archéologue alors ma mère devait renforcer toutes les poches de mes vestes car je ramassais tout le temps des tonnes de cailloux .

Quel est ton premier souvenir de tatouage ?

Je me souviens petite être rentrée dans un salon de tatouage avec mon cousin. Je me souviens vaguement des machines, du bruit, mais surtout de ce que je me suis dit à ce moment précis. Je devais être très petite et je ne comprenais en fait pas du tout ce que je voyais. Je pensais qu’un monsieur frottait très fort la peau d’un autre monsieur et qu’à force d’usure apparaissaient des dessins. Pour moi on avait déjà tout ça sous la peau et on venait dans le salon se faire «frotter».

Aujourd’hui je trouve l’image plutôt poétique. Comme si le tattoo avait toujours été là. Et que le tatoueur ne faisait que le révéler.
Bon ça dévalue un peu trop mon métier peut-être ! Je ne suis pas une frotteuse ok !?

Qu’est-ce qui t’inspire le plus dans la vie ?

Je viens d’écrire 10 réponses à cette question pour avoir l’air intelligente mais tout était faux !
Ce qui m’inspire le plus ce sont les vidéos de chats déguisés en dinosaures sur des robots aspirateurs.
Heureusement je puise parfois dans mes voyages, mes rencontres, mes lectures,… et aussi mes peines de cœur…

Quelles sont tes influences musicales, cinématographiques, littéraires, picturales ou autres, en un mot, artistiques ?

Je viens du milieu de l’illustration alternative. J’ai fait beaucoup de fanzines et j’ai travaillé dans l’édition et je pense que ça se ressent dans mon travail.
J’ai fait aussi beaucoup de musique donc la culture garage/punk me touche énormément. Je suis toujours attirée par le noir et blanc, les affiches de concert et la bande dessinée. Les artistes qui m’inspirent le plus sont Charles Burns, Daniel Clowes, Mark Beyer, Joe Coleman et Vojislav Jakic.

J’ai fini mes études à Londres par une thèse sur l’art brut donc je pense que je peux aussi avoir beaucoup d’influences liées aux arts premiers, primitifs et naïfs.

Peux-tu me parler un peu de tes propres tatouages ? Que représentent-ils ? Quelle est leur histoire ?

Mes premiers tatouages relèvent plus de la bousille qu’autre chose. Je me suis fait faire une croix sur la main dans une chambre d’hôtel pendant une tournée. Juste pour tester ! Puis le logo de mon groupe sur l’avant bras. Je me suis ensuite fait le portrait d’Enid en Catwoman. Ça reste encore aujourd’hui mon tattoo préféré, celui qui me correspond le plus je pense.

Quels artistes t’ont tatouée et pourquoi ?

Les premiers à m’avoir tatouée ne sont pas tatoueurs, ce sont des amis. Je me fais tatouer parfois pour marquer une rencontre, une période de ma vie, parfois pour le travail du tatoueur, parfois pour tester une nouvelle aiguille !

Mes derniers tattoos sont de Veks, Fwip. Et je suis en train de continuer mon bras droit par Brindi et mon dos par Guy le tattooer.

As-tu d’autres projets en tête ?

Je n’ai absolument aucun projet pour ma peau. La vie fera qu’elle se marquera encore et encore par contre ça c’est sûr ! Je n’aurai surement pas les mêmes tattoos si je finis en taule a Tijuana ou si je me découvre une passion pour les cupcakes roses à paillettes.

Le tatouage se démocratise, les regards changent, comment va évoluer le tatouage selon toi ?

C’est un métier qui attirait beaucoup les personnes dites « alternatives ». Ce n’est de toute évidence plus le cas du tout. Ma génération énerve les plus anciens et la future nous énervera sûrement. C’est toujours comme ça.

Mais je reste convaincue qu’il y aura toujours de la place pour les gens doués et qui ont une démarche honnête.

Une actu à partager ?

En décembre dernier on a fait une performance dans les locaux de Bakélite à Toulouse. Avec Veks Van Hillik nous allons réalisé un dos complet sur trois jours à la vue du public. Le projet était surexcitant, d’autant plus que je rêvais depuis longtemps de retravailler avec Veks !

Où la trouver ?

Mojito Tattoo à Toulouse

ophelietaki@gmail.com

Instagram / Facebook

 

Retrouvez-moi aussi sur Facebook et Instagram !


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s