The Velvet Undergroung à la Philarmonie de Paris

Je suis allée voir l’exposition « The Velvet Underground, New-York Extravaganza ».

IMG_1199

IMG_1200

IMG_1203

The Velvet Underground est un groupe de rock américain des années 60, composé de Lou Reed, John Cale, Sterling Morrison, Moe Tucker et provisoirement de Nico.

L’exposition, organisée à l’occasion du 50e anniversaire du célèbre « album à la banane », retrace donc l’ascension fulgurante du groupe qui, malgré son existence très courte (1965-1973) a fortement marqué les esprits et inspiré des générations de musiciens.

453593-1024x697

On débute avec un documentaire sur l’enfance de John Cale et de Lou Reed. Tandis que John Cale grandit au Royaume Uni, dans une famille galloise avec un père mineur, Lou Reed, de son côté, naît à Brooklyn et grandit en banlieue de New-York dans une famille modeste juive. John arrive à New-York en 1963 après de brillantes études de musique à Londres. Lou, adolescent mal dans sa peau noyait son mal être dans les drogues et l’alcool, et subit à 17 ans un traitement par électrochocs pour soigner sa dépression.

John et Lou se rencontrèrent à l’âge de 22 ans à New York, unissant les compositions expérimentales de John et les textes âpres de Lou.

Nico, alias Christa Päffgen, a mené une carrière de mannequin et d’actrice dans son pays en Allemagne, puis en France, avant d’être repérée par Andy Warhol, qui la présentera au groupe pour qu’elle devienne leur chanteuse.

The Velvet Undergound a fait partie de la bande d’Andy Warhol, à l’époque où celui-ci avait créé la Factory, une sorte d’atelier d’artistes où il produisait des films et shows futuristes et provocants. C’est d’ailleurs Andy Warhol qui produisit, et illustra le fameux « album à la banane ».

Le groupe s’éteint au début des années 70, puis, porté aux nues par David Bowie, devient incontournable de manière posthume, et source d’inspiration pour les arts plastiques, le cinéma et la photographie. L’identité du Velvet Underground était en rupture avec les groupes de rock de l’époque comme les Beatles ou les Stones. Sa devise aurait pu être « Sexe, drogues et questions existentielles ».

 early-sunday-morning  Une anecdote intéressante : la chanson « Sunday morning » fut inspirée de l’atmosphère d’un tableau peint par Hopper en 1930 nommé « Early sunday morning ».
Mon avis ?

J’ai toujours aimé The Velvet Underground, fascinée par leur musique lancinante, mystérieuse et sensuelle. Sans vraiment connaître leur histoire, j’appréciais simplement de me laisser porter par l’atmosphère sombre et torturée.

L’expo est vraiment réussie, instructive, riche en vidéos et en installations diverses. On ressent la culture de l’époque, ses paradoxes et ses extravagances. C’est une plongée passionnante dans le New-York décadent des 60’s.

Voici le teaser de l’expo :

The Velvet underground, New-York Extravaganza jusqu’au 21 août 2016, Philarmonie de Paris, 10 €

Retrouvez-moi aussi sur Facebook et Instagram !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Une réflexion sur “The Velvet Undergroung à la Philarmonie de Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s