Maman tatouée #15 : Marie

Aujourd’hui, je vous présente Marie, blogueuse de Mademoiselle Dawn !

Prénom : Marie
Age : 24 ans
Ville : Montpellier
Nombre de tatouages : 5
Nombre d’enfants et âges : Une fille de bientôt un an, Millie

Décris-toi en quelques mots

Je suis une maman blogueuse un peu (beaucoup) cynique, passionnée d’écriture, de photographie et d’art en général. J’ai toujours un livre dans mon sac à main mais je suis aussi une sportive hyperactive. Je ne m’arrête jamais de penser et d’analyser les choses qui m’entourent et le résultat est souvent détonnant. Grande-gueule, je me décrirais comme un mélange un peu bizarre entre Morticia Adams et une poupée Barbie.

As-tu un tatouage en rapport avec ton enfant ? Lequel et pourquoi ?

Comme beaucoup de parents, j’ai souhaité dès la naissance de ma fille me faire tatouer en rapport avec sa petite personne. Mais très peu adepte des tatouages « prénom » ou « date de naissance », il m’aura fallu presque une année entière afin de trouver le dessin et de prendre rendez-vous. Ce tatouage, le dernier en date, est un projet commun avec mon conjoint, qui a lui même élaboré le motif selon nos goûts. Passionnée par l’ésotérisme et les sciences parallèles, l’idée d’un motif basé sur la géométrie sacrée est apparue comme un choix pertinent. Ce tatouage représente donc une fleur de vie, autour de laquelle 3 cercles sont entièrement noircis, chacun représentant l’un d’entre nous… Et avec la possibilité de le compléter si un nouveau membre vient rejoindre notre famille !

Ta vision des parents tatoués a-t-elle changé depuis que tu l’es devenue ?

Pas vraiment. Mis à part peut-être de les trouver encore plus cools et d’être fière de faire partie de cette « communauté » de parents tatoués.

Qu’en pensent justement tes parents ?

Ma mère DÉTESTE les tatouages mais je sais qu’au fond d’elle, elle s’est faite une raison (ou presque). Par contre, je suis bien obligée d’avouer que je ne lui ai toujours pas dit pour le dernier. Mais paradoxalement, c’est elle qui, après des mois et des mois, a accepté de m’accompagner pour mon premier tatouage a 17 ans.

Penses-tu qu’être un parent tatoué contribue à transmettre une ouverture d’esprit ?

Du moins, je l’espère. Malheureusement quand on est con, on l’est que l’on soit tatoué ou non. Et puis je pense que cela dépend de notre rapport au tatouage. Si c’est un effet de mode ou une réelle passion, quelque chose d’encré profondément en nous. Mais je pense que cela peut aider quant à l’acceptation de la différence et de la tolérance. Montrer à ses enfants qu’il faut combattre les préjugés.

As-tu eu des remarques ou des réactions à l’école ou ailleurs ?

Bien sûr ! Ma fille va chez la nounou et son mari est lui même tatoué, donc aucun souci. Par contre, je travaille dans un collège (privé), et c’est très mal vu. D’ailleurs ils doivent être cachés sous peine d’avertissement. Et en dehors du cadre du travail, les réflexions vont aussi bon train, à commencer par ma propre famille qui a du user de tous les termes péjoratifs possibles pour décrire mes (si jolis) tatouages. Les gens se permettent de critiquer un tatouage sans qu’on leur demande leur opinion, mais a contrario se vexeraient si on se mettait à critiquer leur manière de se maquiller. Mais il y aura toujours des gens, proches ou totalement inconnus pour venir demander pourquoi tu as fait ça, si tu sais que c’est définitif ou aller de leur petite remarque bien audible sans même t’adresser la parole directement.

Quels conseils donnerais-tu à tes enfants s’ils veulent un jour se faire tatouer ?

Je leur dirai de bien réfléchir à la raison qui les motive, de prendre le temps de peaufiner leur projet de tatouage, d’économiser pour se l’offrir et je les emmènerai chez les « meilleurs » tatoueurs mais pas avant un certain âge. Je leur parlerai aussi de mon expérience, je leur donnerai des conseils et mon avis s’ils le souhaitent.

Le mot de la fin, un message ou une anecdote à partager ?

Je suis une maman tatouée et fière de l’être. Et en plus je suis devenue maman à un âge jugé trop jeune pour beaucoup. J’ai attiré pour tout cela des regards parfois blessants, comme si devenir mère à cet âge-là n’était pas suffisant, j’étais en plus une irresponsable tatouée sur un coup de tête. Mais avoir des tatouages et vouloir continuer à orner son corps, ne fait pas de nous de mauvais parents. On va aux WC comme les autres, on fait nos courses de la même façon (sauf que parfois on est obligé de faire des stocks de Bepanthen plus important que les « toiles vierges ») et on élève nos enfants dans ce même amour puissant et indestructible que les autres parents. Mais la grande différence, c’est que quand nos enfants s’ennuient, on n’a pas besoin d’emmener un livre de coloriage, nos tatouages sont à disposition !!!

PS : Si vous souhaitez à votre tour témoigner ou si vous avez une personne intéressée dans votre entourage, surtout n’hésitez pas, écrivez-moi ici.

Retrouvez-moi aussi sur Facebook et Instagram !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s